Bonjour Visiteur! | S'identifier ou S'inscrire

Dhiruj Rambaran : Un e-entrepreneur patriote

Edition Number: 
1211
Dhiruj Rambaran
From Date: 
Mercredi 25 Novembre 2015
To Date: 
Mardi 1 Décembre 2015

Le fondateur de Shoponline.mu a choisi de rentrer au pays il y a neuf ans, après une riche carrière d’informaticien au Royaume-Uni. Il projette désormais de créer un site de commerce en ligne national afin de promouvoir les produitslocaux à l’étranger.

Les débuts de Dhiruj Rambaran dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (Tic), il y a une vingtaine d’années, ont été des plus atypiques. De fait, le fondateur du site d’e-commerce Shoponline.mu ne découvre l’informatique qu’à l’âge de 30 ans et son intérêt pour cette science et ses techniques se développera dès lors en véritable passion. Si son expertise est reconnue au Royaume-Uni au point que même la couronne britannique y fait appel, à un certain moment, c’est pourtant à Maurice qu’il a choisi d’embrasser une carrièred’e-entrepreneur, il y a neuf ans, à travers la réexportation en ligne, notamment. Il y a peu, Dhiruj Rambaran a reçu deux distinctions de l’antenne mauricienne de la British Computer Society : l’IT Professional Award, en reconnaissance de ses réalisations dans le secteur des Tic à Maurice et le Business IT Innovation Award pour le compte de Shoponline.mu.

Pour Dhiruj Rambaran, l’aventure commence en 1993. À cette époque, les Mauriciens commencent à entendre parler des Tic et de la richesse que ce secteur a générée à la Silicon Valley, dans l’ouest des États-Unis. À Maurice, l’État réagit en mettant en place quelquesfacilités afin de permettre à la population de tirer parti des nouvelles technologies. C’est ainsi que la Banque de développement lance un prêt à faible taux d’intérêt destiné à l’achat d’un ordinateur et dont le remboursement s’étale sur quatre ans. DhirujRambaran, qui gagne alors sa vie en vendant du pain dans la matinée et des vêtements le reste de la journée, saisitcette opportunité pour offrir un cadeau à son fils de huit ans.

Cependant, une fois l’ordinateur acquis, son fils n’a pas le temps d’y toucher car Dhiruj Rambaran, fasciné, cherche à comprendre comment fonctionne la machine électronique. Quelque six semaines plus tard, ilécrit son premier programme informatique en suivant le manuel d’aide sur Microsoft Excel. Puis, quand un de ses cousins lui donne à son tour un ordinateur, Dhiruj Rambaran ne peut s’empêcher de le démonter pièce par pièce par curiosité avant de le remonter en un rien de temps. Il se découvre une véritable passion pour l’informatique et son habileté dans ce domaine se confirme lorsqu’il s’aventure dans les entrailles de ce pc de bureau. Il arrive aisément à y installer des cartes pour le branchement d’un disque dur SCSI, pour raccorder l’ordinateur à un scanner ou une imprimante, qu’elle soit reliée directement ou en réseau. À la suite de ces manipulations réalisées d’habitude par des mains expertes, ses proches l’encouragent à aller plus loin dans cette voie.

Au bout de deux ans de recherches personnelles, Dhiruj Rambaran franchit une étape cruciale de sa carrière d’informaticien en s’envolant pour l’Angleterre où il prend part à deux series d’examens de Microsoft. Quand il obtient ses résultats, le professionnel a le sentiment de vivre enfin son rêve : il est officiellement Microsoft Certified Systems Engineer et Certified Novel Engineer. Nous sommes en 1996 et Dhiruj Rambaran a l’embarras du choix sur le marché du travail car cinq entreprises se proposent déjà de l’embaucher. Il décide de démarrer sa carrière de programmeur en acceptant l’offre de Specialist Computer Centres à Birmingham. Poste qu’il quittera par la suite pour intégrer Panacea, une start-up.

Dans l’exercice de ses fonctions, l’informaticien mauricien se rend compte que l’Angleterre vient à peine d’entamer sa revolution numérique. Aussi, les corps parapublics et autres institutions d’État sont en quête d’experts qui peuvent les former à l’utilisation des systèmes informatiques. Au sein de Panacea, Dhiruj Rambaran est appelé à intervenir à ce niveau et comprend dans le même temps que le manqué d’experts-conseils sur le marché des Tic est une opportunité à saisir. Il ouvre donc Interweb Data System, sa propre entreprise et décroche un contrat auprès de la firme IBM pour travailler sur un projet d’informatisation du quartier général de British Airways, à Londres.

Grâce au succès que connaît le projet de Dhiruj Rambaran, il acquiert une certaine renommée dans les hautes sphères du secteur des Tic au Royaume-Uni. En effet, une grande entreprise fait appel à son expertise sur un projet des plus délicats, relatif à la sécurité de la famille royale. Pour rappel, en 1997, dans le sillage de la mort de Diana Spencer, ex-épouse de Charles, prince de Galles, dans un accident à Paris, l’opinion publique se retourne violemment contre la reine Elizabeth II. En vue de renforcer la sécurité de la souveraine et de ses proches, les autorités britanniques souhaitent mettre en place un réseau informatique qui relierait Buckingham Palace et les châteaux de Windsor et de Hampton Court. S’y ajoute la création d’une base de données au travers de laquelle on pourrait faire un suivi des dépenses administrative relatives à ces résidences. Il incombera à l’informaticien mauricien de mener à bien ces deux projetsconnexes.

L’expertise de Dhiruj Rambaran est ensuite sollicitée par National Grid, principal fournisseur d’électricité au Royaume-Uni. La société rencontre des difficulties dans l’installation d’un système de compteurs électroniques permettant l’informatisation des données. La difficulté dans ce cas étant le volume consequent d’informations, en provenance de toute l’Angleterre. «Il est facile de gérer un système qui est utilisé par dix personnes par jour. Mais c’est une tout autre histoire quandvousavez 10 000 personnes qui l’utilisent en même temps», explique le professionnel. Or, ce dernier n’hésite pas, une fois de plus, à relever le défi.

Dhiruj Rambaran interviendra également à la poste anglaise, la Royal Mail, qui possède le plus important système de gestion de base de données relationnelle du pays. En ce faisant, il apportera son soutien à l’équipe de six personnes responsable des 258 serveurs de la poste. Le Mauricien avoue avoir été impressionné par le professionnalisme de cette équipe qui, ajoute-t-il, lui a beaucoup appris. La City Bank aura aussi recours à ses services, en l’an 2000 et il collaborera avec l’institution bancaire pendant deux ans et demi. S’ensuivra un contrat avec l’antenne européenne de Global Knowledge, société américaine spécialisée dans la formation en informatique. Cette société compte des clients dans 11 pays européens et se devait d’avoir un système informatique au moyen duquel ils peuvent accéder au contenu des cours en plusieurs langues.

Riche de tantd ’expériences, Dhiruj Rambaran décide de revenir au pays en 2006 dans l’idée de concrétiser un projet axé sur l’e-commerce. Dans un premier temps, il procède en important des produits d’Asie qu’il revend en ligne à des Européens. L’opération est un succès, des dizaines de milliers de parquets sont envoys vers le Vieux Continent annuellement et il réalise un profit de Rs 3 millions. En 2011, l’entrepreneur est même primé aux ICT Excellence Awards mais lorsqu’il sollicite une rencontre avec Jim Seetaram, le ministre des Coopératives et des Petites et moyennes entreprises d’alors, afin d’évoquer son projet d’un site d’e-commerce national, il n’obtient pas de réponse favorable. Ce site, indique l’entrepreneur, faciliterait la vente de produits mauriciens en ligne à travers le monde.

Dhiruj Rambaran ne se laisse pourtant pas décourager et fonde Shoponline.mu en 2013, une entreprise de commerce en ligne qui se focalize sur le marché local. La compagnie opère en partenariat avec les petits entrepreneurs et la Mauritius Post. Contre une commission sur chaque vente, Shoponline.mu affiche les produits et offre à la clientèle la possibilité de commander en ligne. La commande passée, la poste se charge de la livraison des produits dans ses différents bureaux. Quant à son projet de site d’e-commerce national, Dhiruj Rambaran en a parlé avec le gouvernement actuel et il a bon espoir de le voir se réaliser.

Arvin Mootoocurpen
Rubrique: 
1

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Les autres magazines de Business Publications Ltd