Bonjour Visiteur! | S'identifier ou S'inscrire

Emploi : les chasseurs de tête à l’œuvre

Edition Number: 
1064
From Date: 
Mercredi 16 Janvier 2013
To Date: 
Mardi 22 Janvier 2013

On les appelle les chasseurs de tête. Certains trouvent en ce terme une connotation péjorative et préfèrent tout simplement l’appellation de « recruteurs ». Grâce à leurs réseaux, ils constituent un maillon essentiel sur le marché de l’emploi en facilitant la mise en relation des employeurs et des candidats.

Sur le marché de l’emploi, pour dénicher la perle rare, bien souvent, l’on se fie à la bonne et vieille méthode du bouche-à-oreille. Si dans le cas de certains corps de métier, cette approche est fiable, il n’empêche que dans d’autres modèles d’organisation plus complexes, où il faut à la fois jauger les compétences techniques et la capacité de l’employé à évoluer au sein d’une équipe, il est facile de se planter et de faire le mauvais choix. Pour l’entreprise comme pour l’employé, c’est alors du temps perdu. « Un mauvais investissement », diront certains patrons. C’est là qu’interviennent les cabinets de recrutement. Ils agissent en intermédiaires et s’assurent que l’employé et le candidat trouvent satisfaction.

Opération de profilage

Les cabinets de recrutement travaillent à partir d’une base de données composée d’entreprises et de CV des chercheurs d’emploi. À Maurice, les trois grosses pointures – Alentaris, Adecco et Myjob.mu – tirent pleinement avantage de l’Internet. Les entreprises y postent leurs offres d’emploi. Alors que les chercheurs d’emploi déposent leurs CV sur la plate-forme électronique, la mise en ligne d’informations ne constitue que la première étape visible des services des cabinets de recrutement. S’ensuit toute une opération de profilage des candidats et d’entretiens.

Thierry Goder, directeur d’Alentaris, est de ceux qui pensent que la profession de recruteur a été quelque peu ternie par des gens véreux, et qu’il faut lui rendre ses lettres de noblesse : « Nous sommes un cabinet digne de ce nom, qui agit en tant que facilitateur pour mettre en relation les candidats qui ont fait confiance au cabinet en envoyant leurs CV et l’employeur potentiel, qui cherche des profils bien pointus. Ce rôle de facilitateur est, bien entendu, monnayé. Il y a aujourd’hui trop de personnes qui se disent recruteurs. Il faut savoir qu’un cabinet de recrutement est tenu de fournir une garantie de Rs 500 000 et doit détenir un permis du ministère du Travail. Ce permis est renouvelé tous les deux ans après une évaluation ».

Protéger l’intérêt du candidat

Alentaris, anciennement DCDM Recruiting, est connu pour ses missions dans le cadre du recrutement de cadres et de hauts cadres. Mais le cabinet n’est pas qu’un chasseur de têtes, s’empresse de préciser Thierry Goder. Il compte dans sa base de données – qui est composée de 150 entreprises et de 52 000 candidats – tout aussi bien des ouvriers et des sans-emploi auquel on accorde la même attention qu’au « high-profile candidate ».

Les 150 entreprises avec lesquelles travaille Alentaris sont triées sur le volet car le cabinet se met un point d’honneur à protéger ceux qui seront recrutés. Si besoin est, les recruteurs d’Alentaris procèdent à une première entrevue du candidat. À la demande des entreprises, Thierry Goder lui-même fait couramment partie du panel d’interviewers pour le recrutement des cadres supérieurs.

Adecco, qui a repris sous sa coupe Service Bureau suite à un exercice de fusion en mars 2012, s’appuie également sur ses prestations en ligne afin de dynamiser son service de recrutement.

Le cabinet dispose d’une base de données de 2 000 clients et 40 000 CV. Il opère à deux niveaux : le recrutement de leaders en s’appuyant sur une méthodologie scientifique et professionnelle pour dénicher des talents pour des postes de cadres et de cadres supérieurs, et le recrutement général en mettant à contribution les ressources disponibles à travers le portail de l’emploi www.maujobs.mu, service auparavant dispensé par Service Bureau.

Parallèlement, Adecco fait de la formation interne, mène des études selon une méthodologie bien précise pour identifier les besoins de formation des entreprises. Et fait de la consultance sur la gestion du rendement (Performance Management).

Recruter des leaders

Se spécialisant dans le recrutement de leaders, Adecco est amené régulièrement à effectuer des missions pour faciliter l’embauche des professionnels de haut calibre.

Pour dénicher certaines compétences pointues, le cabinet s’appuie sur le réseau du groupe Adecco, qui compte 6 700 bureaux à travers le monde.

Adecco, qui figure dans le Top 3 des cabinets de recrutement à Maurice, a déjà enclenché les grandes manœuvres pour consolider ses assises dans le créneau Leaders Search, souligne, par ailleurs Jennifer Webb de Comarmond : « Adecco s’associe à Badenoch & Clark, un cabinet qui est présent en Europe et se spécialise dans le recrutement des cadres supérieurs. Ce qui va consolider notre travail avec les banques et les institutions financières internationales à Maurice ».

Comptant cinq ans d’existence, le service de recrutement Myjob.mu a connu une rapide ascension en misant sur le créneau du recrutement général. Les chiffres sont éloquents.

À ce jour, 126 500 candidats ont déposé leurs CV sur ce portail. Myjob.mu compte aussi 660 entreprises membres qui utilisent cette plate-forme pour leurs recrutements. Commentant la situation sur le marché de l’emploi, Aurélie Marie, Communication and Recruitment Specialist à Myjob.mu, observe que la compétition y est très dure : « Nous avons actuellement sur le marché de l’emploi de nombreux jeunes avec ou sans diplôme et de nombreux candidats expérimentés qui se retrouvent au chômage. La compétitivité entre les candidats est sévère. Les candidats doivent ainsi être stratégiques dans leur choix de carrière, surtout dans le contexte actuel, s’ils souhaitent améliorer leur employabilité. »

Attirer les bons profils

La mission de Myjob.mu s’arrête à la mise en relation des entreprises, précise Aurélie Marie : « En tant que plate-forme de recrutement, nous offrons la possibilité aux entreprises de gérer directement leur recrutement. Nous n’intervenons pas sur leurs procédures de recrutement. De nombreuses entreprises ont leur responsable des ressources humaines, voire leurs propres recruteurs. Elles n’ont pas besoin de l’expertise d’autres professionnels ; elles ont juste besoin d’attirer de bons profils. Et c’est ce que nous leur permettons à travers notre site. Plusieurs cabinets de recrutement, qui sont membres sur notre site, utilisent notre plate-forme pour publier les offres d’emploi de leurs clients et exploitent notre Cvthèque pour dénicher de bons profils. »

Richard Le Bon
Rubrique: 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Les autres magazines de Business Publications Ltd