Bonjour Visiteur! | S'identifier ou S'inscrire

Analyse

Le ver était dans le fruit

Le PMSD a pris tout le monde (?) par surprise en démissionnant du gouvernement lundi. À l’origine de ce départ, le projet d’amendement à la Constitution et l’empressement du gouvernement à aller de l’avant avec la mise sur pied d’une Prosecution Commission pour contrôler les pouvoirs du Directeur des poursuites publiques (DPP).

Maurice doit être un choix de
premier ordre pour les grandes multinationales en vue d’installer leurs quartiers régionaux et pour gérer leurs actifs financiers, à l’image de Singapour pour les pays du Sud-Est de l’Asie.

Et s’il n’existait pas de presse libre ?

« Le ministre des Finances a concédé que les Mauriciens sont en droit d’exiger une amélioration du service dans la fonction publique. Ce sera, d’ailleurs, l’un des objectifs du Budget 2013. »

« Depuis le début de sa seconde législature, le gouvernement n’a pas eu la partie facile, ayant constamment à revoir sa stratégie de développement socio-économique. »

Les analystes et opérateurs économiques qui s’attendaient à y voir plus clair sur la situation macroéconomique et les perspectives pour l’avenir devront prendre leur mal en patience.

« La dépréciation de la roupie pourrait se révéler être l’une des principales pressions inflationnistes sur le marché domestique, l’an prochain, d’autant plus que le ministère des Finances prévoit une dépréciation annuelle de 3,5 % de la roupie. »

« Le marché, dans son ensemble, s’était mis à croire que le ministre des Finances allait profiter de l’occasion qui lui était offerte avec le Budget 2013 pour éclairer la voie sur l’orientation future de l’économie mauricienne. »

Une chose est sûre : la période de transition dans laquelle se trouve le pays n’a que trop duré. À tel point qu’il faut peut-être se demander si notre économie n’a pas été bloquée en transition.

« Le Mauricien veut avoir une boussole économique qui lui montrera la direction que prendra son pays dans les années à venir. Car ce qu’il voit aujourd’hui, ce sont des décisions prises au petit bonheur à différents niveaux et qui contribuent à faire de sa vie un enfer. »

« Le bras de fer entre le Trésor et la Banque centrale ne manquera pas d’envoyer des signaux brouillés au marché à quelques jours de la présentation du Budget. »

« Il ne reste donc pas beaucoup d’options au ministre des Finances, à part le fait de continuer à soutenir directement et indirectement l’entreprise pour protéger l’emploi »

« En temps de crise, l’entreprise s’attaque le plus souvent aux variables les plus simples à mettre en oeuvre, comme reporter l’investissement, mais aussi et surtout avoir recours à des licenciements. »

« Avec une marmite politique qui est demeurée en ébullition depuis les élections générales, l’économie n’est jamais parvenue à s’imposer comme la priorité des priorités… »

« Quoiqu’on dise sur la transition vers une économie basée sur le savoir, nous aurons toujours besoin d’une base industrielle solide. »

« Les incertitudes qui planaient sur l’économie mondiale se sont accentuées. À tel point que les institutions du pays ont dû revoir à la baisse leurs prévisions de croissance à plusieurs reprises depuis le Budget 2012… »

« Dans un monde où tout est disponible et accessible sur la Toile, nous ne pouvons plus continuer avec les vieilles méthodes d’antan qui ne font que ralentir le progrès et le développement. »

« Pour traverser la période difficile qui nous attend sur le plan économique avec ses retombées probables sur le social, Mauritius Incorporated a grandement besoin de décisions courageuses. »

Les autres magazines de Business Publications Ltd