Bonjour Visiteur! | S'identifier ou S'inscrire

En Une

FinTech

Dans un contexte où Maurice souhaite devenir un hub régional en matière de FinTech, les parties prenantes du secteur financier local se mobilisent. L’enjeu étant de favoriser un développement viable et sécurisé de cette industrie d’avenir. Ces derniers mois ont été particulièrement dynamiques en termes de communication sur la FinTech à l’échelle locale.

secteur manufacturier

L’industrie manufacturière accuse un net recul. Parmi les raisons évoquées : un manque de main-d’œuvre criant et la crise financière mondiale. Les industriels tirent la sonnette d’alarme et plaident pour une action commune État-secteur privé.

emploi, travail

Souvent décriée, l’inadéquation entre l’offre et la demande perdure sur le marché de l’emploi. Avant de pouvoir prétendre s’attaquer efficacement à cette problématique devenue quasi structurelle au fil des années, il est impératif dès le départ de comprendre ses origines. Une étude nationale effectuée par la firme de veille économique VERDE en collaboration avec Business Magazine braque les projecteurs sur plusieurs aspects de ce phénomène qui ont pu d’une façon ou d’une autre échapper à l’attention générale. Au vu de l’impatience de la population, les décideurs politiques gagneraient à s’y intéresser de plus près. D’autant plus que l’emploi, jugé prioritaire dans un sondage en début d’année, était au cœur des promesses électorales de 2014. C’est le sujet que vous retrouverez en couverture de Business Magazine ce mercredi 8 novembre, qui s’intéresse aussi à la diaspora mauricienne qui est peu encline à retourner au pays malgré les mesures encourageantes émises dans les budgets 2015/2016 et 2017/2018.

tourisme Réunion

Le marché réunionnais a un gros potentiel. Le directeur général de LUX* Saint-Gilles en est convaincu. Selon lui, la croissance de l’industrie dépendra de sa capacité à continuer à se diversifier, que ce soit en termes d’offres ou de marché. La Réunion est devenue attractive, poursuit-il. La destination offre la sécurité ainsi qu’une grande palette de paysages, d’activités entre mer et montagne et de diversité culturelle.

integrated reporting

By adopting international reporting standards, a company is in a strong position to reassure its stakeholders and capital markets that it means business. In Mauritius, big corporates are slowly awakening to this critical necessity. We still have a long way to step into this era of healthy regulations. Corporate reporting has come a long way since its mere introduction as financial reporting in the 1930s, evolving along the years into sustainability reporting (to include environmental and social issues) and is now facing transformation into a new model: integrated reporting. It helps companies explain their ability to create value in the near, medium and long term and, as such, it also aims at moving away from the short-termism of capital markets. Integrated reporting features on the cover of Business Magazine this Wednesday along with an interview of Nazir Dakri, CEO of Dakri Cartons, who aims to position the company in the region within the next two years. The supplement Automoto puts on test among others the hybrid Mercedes-Benz C350E and presents the 4th generation of the luxurious Range Rover Velar.

géopolitique, alliés et intérêts

Le vote historique remporté par Maurice à l’Assemblée générale des Nations unies sur la question des Chagos témoigne de l’estime dont jouit l’île à l’international. Cette considération, elle pourrait pourtant en tirer davantage parti, de l’avis de certains observateurs.

Browyn Corbett, Grit

Formerly known as Mara Delta, Grit is in strong financial position. The property income fund targets to become one of the top performers on the Stock Exchange of Mauritius. Its investment goal is to own strategically located real estate assets in carefully selected, high-growth countries across Africa, outside of South Africa. Property investments on the continent are widely misunderstood or ignored for a number of reasons, CEO Browyn Corbett pointed out, as most investors look at Africa as if it is a country. They ignore the fact that there are 54 different countries, cultures, customs and opportunities on the continent. Africa, she added, is the last real opportunity for growth and represents an attractive investment opportunity. Grit’s CEO features on the cover of Business Magazine this week, an issue also focussing on changes on the labour market with the growing use of technology.

Daniela Payet Alis

Femme incontournable dans le secteur touristique seychellois, Daniela Payet Alis est directrice de quatre compagnies dans l’archipel. Battante, elle a connu des vertes et des pas mûres dans sa vie, mais sa passion pour l’entrepreneuriat et le développement durable de son pays n’a pas de limite. Récemment primée par CEO Global comme une des femmes les plus influentes d’Afrique, elle dit haut et fort ses convictions sur l’avenir de son pays. Pour la fondatrice de la Seychelles Sustainable Tourism Foundation, nous ne pouvons plus uniquement consommer à outrance, développer les terres sans réfléchir, détruire et ne rien laisser derrière pour les générations futures. «Nous sommes en train de détruire l’atmosphère qui est vitale pour les humains», avertit-elle. C’est ce qui figure, entre autres, en couverture de Business Magazine ce mercredi pour son édition consacrée à la région océan Indien.

Innovation

Maurice ne parvient pas à franchir le cap de 4 % de croissance. Coincé dans le piège du revenu intermédiaire, sa progression reste encore largement dépendante des moteurs de croissance traditionnels. Notre capacité à faire preuve d’innovation est l’une des conditions sine qua non pour que le pays passe à une nouvelle étape de son développement. Car sans une culture d’innovation, Maurice pourra difficilement accéder au statut d’économie à revenu élevé. Dans ce monde globalisé, l’innovation est un facteur de différenciation. Celle-ci peut se définir comme la transformation de nouvelles idées en valeur économique. Et l’innovation ne se résume pas à la production ou d’invention d’un nouveau produit ou service. L’innovation, c’est aussi pouvoir trouver des solutions, d’inventer de nouvelles méthodes économiques ou d’améliorer des procédures. Ce qui permet de réduire les coûts, d’accélérer la production, et donc de réaliser des économies d’échelle. C’est ce qui figure en une de Business Magazine cette semaine, un numéro accompagné du supplément Immobilier&Construction.

mafia

Le pays est-il en proie à une mafia ? La question est de nouveau d’actualité. Pour cause, elle a été évoquée par plusieurs personnalités politiques. À commencer par Roshi Bhadain qui, en claquant la porte du gouvernement en début d’année, dénonçait «une mafia qui gravite autour du nouveau Premier ministre». En mai dernier, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, évoquait, lui, une «mafia de la drogue qui s’est infiltrée dans certaines institutions». Ces déclarations de la part des politiques, et non des moindres, confirment que des personnes avec des «vested interests» ont accès à des leviers administratifs.À qui profitent de telles manœuvres ?En l’absence d’une réelle volonté de se libérer du joug des manipulateurs et des lobbyistes, c’est le pays qui en pâtit. C’est ce sujet brûlant qui fait la couverture de Business Magazine ce mercredi, un numéro accompagné du mensuel Lifestyle qui fait un clin d’œil aux supermamans.

Thierry Sauzier

Le numéro deux du groupe Medine donne le ton : la décision d’investir, dit-il, ne dépend pas uniquement du niveau des taux d’intérêt. Il évoque la réflexion autour de la ville universitaire, Uniciti, dans l’ouest de l’île, oùà l’horizon 2025, le groupe souhaite accueillir 5 000 étudiants. Thierry Sauzier estime également qu’à travers une plus grande efficience, l’économie pourrait grappiller des points additionnels de croissance. Il souligne, par ailleurs, quele sucre est et restera une activité importante pour le Groupe Medine. C’est ce qui compose la une de Business Magazine ce mercredi, une couverture qui met l’accent également sur la déclaration des avoirs, un sujet qui revient sur le tapis en ce mois où les contribuables se mettent en règle avec la MRA quant aux impôts sur le revenu. Ce numéro est accompagné cette semaine du bimestriel Men’s style qui propose un portrait de Jean-Pierre Leclerc, «la voix des LGBT».

Chine - Afrique

Le Forum économique Chine-Réunion, organisé récemment à Saint-Denis, a sensibilisé les opérateurs de la région sur les opportunités qui existent hors de nos territoires. En effet, l’Initiative Ceinture et Route de la soie, projet lancé en 2013 par une Chine cherchant à promouvoir un développement économique tourné vers le monde, s’étend jusqu’en Europe, via l’océan Indien et en Afrique. Et La Réunion entend tirer parti de ces nouvelles routes de la soie. L’île voisine souhaite se situer dans ce projet d’envergure à portée économique tout en valorisant ses atouts pour que la route maritime de cette initiative passe par ses côtes. C’est le sujet qui est en couverture de Business Magazine pour son édition régionale. Il est accompagné du supplément Education & Career.

Julien Audibert, FTL

Le CEO de Freight & Transit Ltd tire la sonnette d’alarme. Le port, qui est le poumon de notre pays, souffre. Sa performance est au plus bas, note-t-il, et il y a un énorme «backlog» : des conteneurs ne sont pas embarqués tandis que d’autres ne sont pas débarqués. Cette situation ralentit l’économie du pays. Il y a aussi un manque de formation et d’investissement. «Nous avons besoin d’un port efficace avec des gens formés de manière continue, notamment aux nouvelles technologies», professe-t-il. Si les autorités ne réagissent pas promptement, les lignes maritimes n’hésiteront pas à aller ailleurs. CMA CGM, qui faisait escale à Maurice, a délocalisé ses activités sur La Réunion ; Maersk a aussi délocalisé en partie ses opérations et la Mediterranean Shipping Company (MSC) modifie son service régional. Aujourd’hui, le port piétine. Si Tamatave est plus compétitif, on ne pourra que s’en mordre les doigts ! Ce port représente, en effet, une menace pour nous et cette menace ira en grandissant si nous ne nous pressons pas de faire ce qu’il faut. C’est un des sujets qui composent la une de Business Magazine ce mercredi, un numéro accompagné du bimestriel Automoto.

Patrick d’Arifat

Alteo célèbre cette année ses cinq ans d’existence. L’occasion de dresser un premier bilan avec son CEO, Patrick d’Arifat, et de discuter de l’avenir de l’industrie sucrière qui, dès le 1er octobre, opérera sans filet de protection sur le marché européen.

Kee Chong Li Kwong Wing

Fragilisé par le démantèlement de la BAI et l’affaire Euroloan, le groupe SBM a pu se stabiliser. La décision de se positionner dans le segment non bancaire donne des résultats probants, souligne le Chairman de SBM Holdings. Avec sa verve habituelle, il ne manque pas de lancer des piques à tout va.

Kee Chong Li Kwong Wing

Fragilisé par le démantèlement de la BAI et l’affaire Euroloan, le groupe SBM a pu se stabiliser. La décision de se positionner dans le segment non bancaire donne des résultats probants, souligne le Chairman de SBM Holdings. La SBM, assure-t-il, dispose des compétences nécessaires pour jouer un rôle de premier plan dans la haute finance internationale. La nouvelle SBM, d’une banque essentiellement domestique, s’est transformée en un groupe régional. Et il est important pour elle de ne pas se limiter à des services traditionnels locaux. D’où la diversification de ses activités dans le secteur non bancaire et cross-border.

économie verte

La transition de Maurice vers une économie verte progresse lentement. Après avoir enterré le projet MID, le gouvernement s’est aligné sur le modèle Switch Africa Green de l’Union européenne. À l’horizon 2035, le pays pourra contempler une croissance supérieure de 6 % si les parties prenantes suivent la feuille de route établie.

Eric Leal

Maurice devrait se positionner comme un pôle régional pour la distribution des marques. Pour le CEO du Groupe Leal, le succès de la prochaine étape du développement reposera sur l’ouverture.

Eric Leal

Maurice devrait se positionner comme un pôle régional pour la distribution des marques. Pour le CEO du Groupe Leal, le succès de la prochaine étape du développement reposera sur l’ouverture.

Eric Leal

Maurice devrait se positionner comme un pôle régional pour la distribution des marques. Pour Eric Leal, le succès de la prochaine étape du développement reposera sur l’ouverture. La Réunion, précise-t-il, représente entre 30 % et 33 % de leurs activités, qui sont divisées en trois segments : BMW, Apple ainsi que les produits Microsoft, Symantec et Veritas dont le groupe est le distributeur.

Pages

Les autres magazines de Business Publications Ltd