Bonjour Visiteur! | S'identifier ou S'inscrire

Rétrospective

Cela devait être l’année de la reprise économique mais entre un investissement en panne, une consommation stagnante et les tractations politiques, le pays a manqué son rendez-vous.

L’entrée en vigueur de la réforme de Bâle III depuis le 1erjuillet 2014 et la restructuration des deux principales banques du pays contribueront à consolider le secteur bancaire qui, malgré la morosité économique, affiche une bonne santé.

Le 25e anniversaire de la Bourse de Maurice a été marqué par des performances record. Plusieurs mesures ont aussi été introduites, notamment en faveur de la démocratisation de l’institution boursière.

Si le secteur cherche à rebondir à travers la diversification des marchés, en revanche, il a bien des défis à relever en termes de nouveaux services à plus forte valeur ajoutée et d’ouverture aux étrangers.

Si le « seafood » a souffert légèrement de la baisse des prix du poisson sur les marchés internationaux, en revanche, plusieurs sous-secteurs de l’export, à l’instar du textile-habillement, affichent une meilleure performance qu’en 2013.

Outre une desserte aérienne élargie, notamment en provenance de la Chine, la diversification du secteur s’est poursuivie en 2014, le tourisme médical et golfique représentant un fort potentiel de développement selon les opérateurs.

Ce secteur a connu bien des remous en 2014, le bras de fer entre MSPA et syndicalistes ayant mené à une grève de huit jours. Les difficultés sont loin d’être terminées dans un contexte où le prix du sucre continue de chuter sur le marché international.

Les Rs 2,8 milliards d’investissements directs étrangers engrangées par les projets IRS, RES et IHS de janvier à septembre 2014 permettent aux opérateurs de parler de début de reprise dans l’immobilier bien que les prévisions demeurent à la contraction pour ce qui est du segment construction.

Les communications se font de plus en plus à la vitesse de la lumière avec le remplacement progressif du cuivre par un réseau de fibre optique à travers l’île, gage de communications à la vitesse de la lumière pour répondre aux besoins grandissants de la technologie et de l’internet.

Si la roupie a su suivre les tendances de l’euro et du dollar malgré un contexte économique morose, les principaux acteurs de ce secteur prévoient, toutefois, une roupie plus stable pour 2015.

Les ventes de véhicules neufs accusent une légère baisse de janvier à novembre 2014. Les acteurs du secteur n’en demeurent pas moins confiants, en particulier les représentants du segment premium dont la performance a été satisfaisante cette année.

Une conjoncture économique difficile couplée à une baisse du pouvoir d’achat ont forcé nombre de Mauriciens à se serrer la ceinture en 2014. Résultat : une croissance estimée à  2,7 %  cette année qui fait suite à celle de 2,6 % en 2013, démontrant une quasi-immobilité du secteur.

Les mesures budgétaires en faveur des petites et moyennes entreprises n’ont pas manqué sous le précédent gouvernement mais les attentes du secteur demeurent grandes, en termes de soutien aux jeunes entrepreneurs, entre autres.

Maurice participe activement dans la course mondiale pour attirer les investissements directs étrangers (IDE). Selon la Banque de Maurice, de janvier à septembre 2014, les IDE s’élèvent à Rs 10,1 milliards, une légère hausse par rapport à 2013. Les principaux secteurs d’investissements restent les mêmes.

Les efforts des autorités pour stabiliser la roupie à travers une politique de détente monétaire ont donné des résultats probants. Les exportateurs et les opérateurs touristiques ont, dans une large mesure, pu régler leur problème de trésorerie.

Une île entièrement connectée et à une vitesse sans cesse améliorée. Outre l’infrastructure de télécommunication à fibre optique qui s’étend à travers le pays pour multiplier l’offre de services technologiques à la population, le réseau 4G/LTE est déployé dans plusieurs régions de Maurice pour une connectivité améliorée.

Maurice terminera l’année avec une croissance économique de 3,2 % contre 3,4 % en 2012. Une performance qui n’est pas très élogieuse eu égard aux prévisions initiales. Toutefois, il y a peut-être une bonne nouvelle. Le point bas a semble-t-il été atteint en 2013.

Les banques ont tiré les services financiers vers le haut en 2013. Les arnaques financières relevant de la chaîne de Ponzi ont toutefois terni l’image du secteur tout en mettant au jour les manquements dans notre cadre réglementaire.

Sunil Benimadhu

La Bourse de Maurice a repris son envol cette année notamment grâce à la bonne performance des valeurs hôtelières. Parallèlement, la place de Port-Louis continue à diversifier ses produits.

L’industrie du tourisme amorce sa reprise. Après un début d’année difficile, elle a pu refaire surface. Seul bémol: les recettes ne suivent pas le rythme des arrivées touristiques.

Pages

Les autres magazines de Business Publications Ltd